Maydays : un festival à dimension territoriale vécu par les jeunes des MFR

Les 19 et 20 mai, les MFR Drôme-Ardèche (Mondy & Anneyron) ont organisé avec des classes de jeunes au festival Maydays. Les MFR de la Réunion nous ont rejoint pour des temps de restitution en visio.

Désirée Ristorto, représentante du CNAJEP, accompagné par Maxime, jeune délégué Provox, soutenus par Stéphanie Locqueville de l’association d’éducation populaire l’Etabli, et Sarahi Guitterez de l’association Batik International, ont questionné des groupes de jeunes autour des questions suivantes : Où est-ce que vous avez parlé d’environnement ? Est-ce que j’ai le sentiment que l’information dont je dispose me permet de comprendre le changement climatique ?. Le retour des jeunes alimentera le plaidoyer de Maxime lors de ses prises de paroles auprès des décideurs européens.

Sarahi retient que la spécificité des MFR est que les jeunes peuvent mettre en application les cours d’écologie via les projets. Les MFR proposant des filières en lien avec la nature vont aborder les enjeux liés à l’environnement et le réchauffement climatique plus facilement. Les jeunes sont confrontés à un problème de fiabilité de l’information qu’ils trouvent dans les réseaux. Certains peuvent confronter l’information avec les parents ou vont chercher plus d’informations. D’autres se sentent peu concernés par le changement climatique ou les problèmes environnementaux, ils ne comprennent pas l’impact sur leur vie et ne vont pas s’informer davantage.

Anna Gasquet accompagnée de deux autres représentants (Anthony & Axèle) de la Maison de l’Europe / Europe Direct Drôme Ardèche ont animé une simulation de parlement européen autour de la question suivante « Quelle mesure phare mettre en place pour inclure la jeunesse isolée (milieux ruraux/DOM TOM) dans la vie démocratique européenne ?« . I

Les participantes se retrouvaient dans les propositions pour plus d’information et de sensibilisation par rapport au fonctionnement de l’UE (les institutions, les processus de prise de décision, etc.), plus d’accessibilité en mettant en place plus des transports en commun (des lignes de bus, des connexions aux trains) et une régulation de l’information disponible sur les réseaux sociaux.

Sarahi constate une évolution de position des jeunes pendant ces deux jours : lors de la plénière d’ouverture, des jeunes ont exprimé leur manque d’intérêt par rapport à la thématique voire ils ont exprimé leur désaccord avec l’UE. Au fil des animations, les jeunes ont partagé leur point de vue de manière active sur des sujets d’actualité à l’ordre du jour de l’agenda européen. Les jeunes qui ne se sentaient en premier lieu pas concernés ont pris conscience qu’ils étaient en train de s’exprimer sur les priorités politiques de l’UE et participer à la consultation du dialogue structuré. Ces journées ont également montré la nécessité de sensibiliser les jeunes à l’accès à une information de fiabilité et sur le fonctionnement des institutions afin de mieux connaître leurs droits et devoirs en tant que citoyens et citoyennes.

Plus d'articles de l'auteur

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Articles sur le même sujet

spot_img

Dernières publications

VET 4 CHANGE labellisé « bonne pratique » par l’agence Erasmus+

VET 4 CHANGE - intitulé «développement durable des territoires ruraux par la formation professionnelle» est labelisé comme un exemple de bonne pratique.

Un animateur territorial doit connaître son territoire

“Un animateur territorial doit connaître son territoire”, voici le point de départ du recrutement qui a eu lieu en Provence pour un projet Leader.

Bilan : l’Europe en MFR 2023

« Un mouvement en action pour renforcer l’engagement et la citoyenneté »