Comment ne jamais renoncer à la coopération, à l’effort de groupe et au travail d’équipe

Le premier jour de la rencontre transnationale en Estonie, le groupe s’est rendu sur l’île de Saaremaa où les habitants ont un proverbe merveilleux :

c’est l’endroit où le temps s’arrête

Le groupe a été vraiment impressionné par l’école professionnelle de l’île. L’école est non seulement un acteur majeur ici, créateur d’emplois et attirant des professionnels de tous les domaines d’intérêt, mais c’est aussi un lieu d’accueil pour les personnes de tous âges. Les étudiants viennent ici parce qu’ils sont passionnés par un domaine en particulier et qu’ils veulent faire l’effort d’apprendre quelque chose de nouveau. Mais ce qui est frappant, c’est qu’il y a des adultes et même des personnes âgées qui veulent et font la même chose. L’école accueille des adultes qui ont déjà un travail de jour, mais qui veulent commencer un nouveau passe-temps ou essayer une autre profession.

Le conseil d’administration de cette école parvient à trouver un entrepreneur ou un expert pour ajouter du temps dans son emploi du temps et rejoindre les cours, ayant la possibilité d’enseigner. Nous avons vu des étudiants très désireux d’apprendre et des enseignants travaillant en étroite collaboration avec eux dans tous les secteurs de l’école où nous sommes allés : constructions, menuiserie, multimédia, graphisme, informatique et, peut-être le plus impressionnant – parce qu’il est unique en Estonie, la construction de bateaux.

C’est presque comme si cette école avait sa propre micro-industrie, suivant les besoins du marché du travail, et aussi ceux de la communauté de Saaremaa. En fait, le but principal de cette école est de garder les diplômés chez eux, ici sur l’île ou sur le continent. Peu importe que l’étudiant quitte l’île ou non, il est important qu’ici, à Ametikool, il fasse partie d’un petit monde et d’une petite communauté à qui il voudra certainement redonner. Et nous pensons que c’est aussi l’état d’esprit du personnel et des habitants de Saaremaa, qui vivent ici depuis un nombre impressionnant de générations.

Nous sommes heureux d’avoir trouvé une belle communauté de gens travailleurs et passionnés qui, depuis des lustres, les aiment tellement qu’ils ne vont pas reporter leur mission. Même s’il est parfois difficile de passer la bureaucratie afin de maintenir un programme aussi diversifié, ils sont prêts à se battre pour leur institution et à ne jamais renoncer à la coopération, à l’effort de groupe et au travail d’équipe. Et nous pensons que c’est la devise que nous devons garder à l’esprit maintenant, tout en ayant cette réunion spéciale et tout le travail en réseau que nous faisons, entre les GAL, les ONG et les associations à travers l’UE et Erasmus+.

Plus d'articles de l'auteur

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Articles sur le même sujet

spot_img

Dernières publications

L’agence Erasmus+ représentée aux côtés des partenaires européens lors des #erasmusdays 2022

https://youtu.be/7vUU0jAXhdk Nous aurons le plaisir de recevoir Susana Major, de l'agence Erasmus+, à notre événement #erasmusdays2022 d'échange sur les programmes Erasmus+ portés par le réseau...

L’utilisation des fonds européens par l’école de tourisme d’Osijek

Ils ont accédé à des fonds européens d'un montant de 11 millions d'euros pour moderniser les équipements utilisés dans l'école, les constructions, les cours d'excellence et pour produire un changement dans la méthode d'enseignement des matières et des manuels.

L’éducation non formelle au festival « Terre sans frontières »

Les jeunes développent des compétences pratiques, reçoivent une reconnaissance publique pour leur travail de la part des autorités présentes au festival