L’impact du projet sur le territoire MFR

On est dans une phase de transition qu’il faut qu’on exploite, qu’on
développe, qu’on enrichisse et il faut qu’il y ait la volonté de chacun
pour continuer le projet ; on ne peut pas s’arrêter là, les jeunes
comptent sur nous !

Ce qu’on peut observer comme impact c’est la volonté des participants à
mieux se positionner dans la démarche, à s’investir davantage pour mieux
connaître le territoire et les partenaires institutionnels qui peuvent
être facilitants pour développer l’éducation en intégrant la mobilité
européenne et l’implication sur les territoires ruraux.

Le programme V4C va nourrir le projet MFR dans la démarche RSO
(responsabilité Sociétale des Organisations). La mobilité est centrale
pour accompagner les jeunes. Le gouvernement a proposé de faire un
Erasmus apprentissage obligatoire pendant 6 mois pour tous les apprentis
; on sait déjà faire, on va pouvoir poursuivre et renforcer la démarche.
Les échanges européens sont des éléments majeurs de notre pedagogie,
basée sur la rencontre. Nous continuons à convaincre de l’intérêt de
participer à ce genre de rencontres et de travail. Nous souhaitons
multiplier les espaces d’échange et les expériences partagées entre pays
pour s’en inspirer, avoir des éléments de comparaison à la fois de notre
fonctionnement et de celui d’autres territoires. Cela nous aide à
enrichir nos méthodes pédagogiques et d’accompagnement, de soutien de
nos jeunes et de nos équipes.

La prochaine étape c’est la communication. Il est essentiel de
rencontrer les administrateurs pour les interpeller sur le sujet,
renforcer la « Commission Europe » du Conseil d’administration de l’Union
des MFR de manière à ce qu’elle puisse être force de proposition auprès
des autres membres du CA et auprès des Fédérations. Nous ne pouvons pas
travailler sans les Fédérations pour stimuler les équipes et les
directions sur leurs territoires et inviter les partenaires à la fois
institutionnels (collectivités locales et territoriales) mais également
les professionnels et la société civile à travailler et à réfléchir
ensemble sur la manière dont on peut enrichir notre territoire à travers
des initiatives et des projets européens.

_ Marie-Noëlle Tapia, administratrice à l’Union Nationale MFR et membre de la commission Europe

Plus d'articles de l'auteur

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Articles sur le même sujet

spot_img

Dernières publications

Les jeunes prennent le contrôle de la ville de Gand

La participation à la conférence européenne de la jeunesse a abouti à des propositions d’actions concrètes par les jeunes et pour les jeunes, dans un esprit d’Education Populaire et d’intelligence collective.

Festival international Terre sans Frontières

Ce festival accueille et éduque des personnes d'horizons, de capacités et d'âges divers pour démontrer leurs compétences, leurs connaissances et leurs capacités et les présenter dans un espace public

Année européenne des compétences : décisions du parlement européen et du conseil

La coordination de l'année européenne des compétences au niveau de l'union suit une approche transversale en vue de créer des synergies entre les différents programmes de l'union dans le domaine des compétences.